Un espace High Tech sur la Foire de Limoges

 

Placeholder Image

Le Limousin est une terre de technologie et la présence de la région limousine avec la French Tech de Las Vegas n’est pas un hasard.

Sur la Foire 2017 les entreprises du Limousin vont venir exposer leur savoir faire technologique afin de valoriser le Know How made in Limousin.

En partenariat avec des entreprises du CAC 40 et le fleuron du High tech régional un espace sera dédié aux innovations et aux objets connectés et intelligents.

 

Un parc d’attraction pour les familles.

Un parc d’attraction géant pendant la Foire de Limoges 2017. AIR PARC  !!!! encore plus grand et avec plus de 50 attractions sur 2000 m² pour se défouler dans des structures gonflables géantes. Un espace de 1000 m² pour les moins de 5 ans.
reveillon31
Des nouveautés pour les petits et pour les grands : labyrinthe géant, karting à pédales, mur des champions, et toujours l’attrape banane, le babyfoot humain, les sumos, les taureaux fous, les parcours géants, les toboggans, piscines à boules, jeux d’arcades, jeux en bois…… et bien d’autres attractions. 

Pour la Foire de Limoges 2017 le Grand Palais va se transformer en parc d’attraction géant sur 2 000 M² avec 50 attractions.

Le concept va se développer sur 2 000 M², dont 1 000 consacrés aux 50 attractions et 1 000 M² à l’Espace petite enfance qui se situera dans les locaux du Centre de Congrès avec un espace restauration dédié pour les parents.On découvrira à la Foire des Jeux d’arcades vintage (Tetris, Pac man, Mortal Kombat, Super Mario, XMen, Spiderman, Hulk), des structures gonflables géantes, jeux de bois, circuits pour les plus petits, animations culinaires, pêche au canard et structures gonflables géantes…

Enfants

Les nouveautés 2017
Le grand parcours : structure gonflable de 25 mètres.
Sokker Ball
Baby Foot Humain
Tobocaktus
Auto tamponneuses
Et beaucoup de nouveaux jeux d’arcade.

 

SAM_0519
Le grand parcours structure de 25 mètres
Il y en aura pour tous les âges et même pour les très grands enfants 
Un Mini Parc pour les enfants de 6 mois à 5 ans sur 1000 M².
80 structures gonflables pour les 5 – 13 ans, toboggans géants, parcours aventures, sumos, manèges, tir au but, attrape bananes, big boxes, joutes, taureau fou…– Pour les plus grands,  tir à l’élastique, attrape mouche, baby foot géant… Et nouveauté un circuit de voitures à pédales.– Pour les fans des années 90, nous donnerons rendez-vous avec les plus grands jeux d’arcades de l’époque (Tetris, Pac man, Mortal Kombat, Super Mario…).
Les plus nostalgiques retrouveront les jouets en bois géants de leur enfance… Les parents ne risquent pas ainsi de s’ennuyer, pendant que les enfants seront occupés à s’éclater.De quoi faire plaisir à toute la famille. Enfin un restaurant de 200 M² proposera des plats Bourguignons, des boissons, des crêpes, gaufres, confiseries et du Snacking. Espace de convivialité pour les parents qui pourront aussi jouer aux Sumos avec leurs enfants ou Fighter aux jeux d’arcades.

 

20151220_114316
Le taureau furieux : le rodéo bourguignon.

 

 

reveillon31

Informations pratiques 

Parking géant gratuit de 500 places.

 

Tarifs du Parc d’attraction 

Tarifs enfants : 3 euros

Adultes : 3 euros

CE Centre loisirs  : 3 euros

 

La Foire de Limoges va vous amener sur la route de la Soie

potman

Serge Potier va présenter une expo photo de 40 merveilleux clichés pris sur ses voyages réalisés sur la Route de la soie. Photographe du Camel Trophy, du Paris Dakar et de la Silkroad Renault Trucks durant de longue années. Serge Potier va venir présenter son dernier livre sur la Route de la soie dont son issues les photos présentées sur l’exposition.

Qui n’a jamais rêvé d’être dans la peau d’un aventurier ? Cette expo et ce très beau livre vous invitent à marcher sur les traces de Marco Polo et à revivre son expédition en Orient. L’aventurier et photographe Serge Potier a réuni dans ce livre ses 200 plus beaux clichés de la Chine à la Turquie, en passant par l’Iran ou l’Ouzbékistan. Paysages grandioses, villes forteresses, oasis mythiques, rencontres étonnantes et déserts sauvages ont été immortalisés par l’objectif de notre reporter. De plus, les textes mêlant souvenirs du photographe, anecdotes, extraits littéraires et une riche documentation vous font découvrir la géographie, l’histoire, et les sociétés des pays visités. Ouvrez les portes de l’Orient et laissez-vous enivrer par la magie de ses paysages et de ses habitants.

 

potman3

 

Voyagez sur le Route de la Soie

La route de la soie désigne un réseau ancien de routes commerciales entre l’Asie et l’Europe, reliant la ville de Chang’an (actuelle Xi’an) en Chine à la ville d’Antioche, en Syrie médiévale (aujourd’hui en Turquie). Elle tire son nom de la plus précieuse marchandise qui y transitait : la soie.

La route de la soie était un faisceau de pistes par lesquelles transitaient de nombreuses marchandises, et qui monopolisa les échanges Est-Ouest pendant des siècles. Les plus anciennes traces connues de la route de la soie, comme voie de communication avec les populations de l’Ouest, remontent à « 2000 avant notre ère au moins ». Elle se développe surtout sous la dynastie Han (221 av. J.-C. – 220 ap. J.-C.), en particulier Han Wudi. Puis sous la dynastie Tang (618-907). À partir du xve siècle, la route de la soie est progressivement abandonnée, l’instabilité des guerres turco-byzantines, puis la chute de Constantinople poussent en effet les Occidentaux à chercher une nouvelle route maritime vers les Indes. L’abandon de la route de la soie correspond ainsi au début de la période des « Grandes découvertes » durant laquelle les techniques de transport maritime deviennent de plus en plus performantes. Du côté chinois, les empereurs Ming Yongle, puis Ming Xuanzong chargent, à la même époque, l’amiral Zheng He d’expéditions maritimes similaires.

 

sergio333

Une expo hors norme de Wabé à la Foire de Limoges

 

wabe88

MANÈGE ENCHANTÉ

Wabé va exposer ses dernières oeuvres à Limoges à l’occasion de la Foire de mai 2017. Artiste comblée et multi récompensée elle ne néglige jamais les occasions d’accaparer des lieux atypiques pour faire découvrir son oeuvre. Son expo sera présentée au Pavillon Buxerolles.

Centre France événements va lui rendre un hommage appuyé lors de cette exposition qui sera l’événement artistique de ce printemps dans le Limousin.

Elle parle de « l’authenticité des gens qui font ça pour eux » lorsque je lui demande ce qui lui a donné envie d’embrasser une carrière d’artiste. Elle se souvient du vieux Monsieur Ferrara, un ancien docker, ami de la famille, quasiment aveugle, qui peignait des toiles naïves avec bonheur. Wabé se rappelle aussi la classe de travaux manuels, à l’école primaire : « le seul endroit où j’avais du plaisir, où l’ennui disparaissait. »

C’est là qu’elle a découvert, à onze ans, le papier mâché. « Un choc physique ». Dès lors, elle n’a eu de cesse de modeler, notamment des masques, au début. « Je n’avais de goût que pour cela. Tout le reste était une souffrance, tout le reste je le faisais à contre cœur. » À Marseille, les six enfants grandissaient autour du père, docker lui aussi, qui sculptait, peignait en amateur et collectionnait les magazines d’art d’occasion – « mes premières bandes dessinées. » La mère était musicienne. Elle écrivait et lisait beaucoup.

À vingt ans, c’est décidé : installée à Toulouse, Wabé abandonne l’étude de l’allemand – la langue de sa mère – pour l’histoire de l’art. Trois ans plus tard elle s’inscrit aux beaux-arts de Paris, où le peintre Cueco lui laisse « une paix royale ». La jeune femme prend pour pseudonyme ses initiales. Et le papier mâché entre en majesté. « Ma nourriture, mon pain quotidien, mon équilibre : je ne sais pas comment faire autrement. » À l’issue de moult expériences, le vocabulaire de Wabé se met en place. De ses doigts experts surgit irrémédiablement « un monde grouillant, animal ou humain mais pas végétal. » Vivant, mouvant, émouvant.

Des formes caractéristiques, ajourées et alvéolées, évoquant simultanément la liberté et la sécurité, s’imposent à chaque fois. La couleur les inonde, solaire, éclatante. Histoire de « satisfaire ma faim de ciel bleu. »

 

wabe_25_06_20150594-1

 

Tout ce qui naît dans l’atelier a fort à faire avec la métamorphose : assemblés en réseaux, les éléments qui constituent chaque sculpture semblent être tous un seul et même être, en fait. Comme si les motifs imaginés fixaient chacun un état fugace – saisi entre deux transformations incarnées par des réseaux serpentins – d’une même présence. Tout cela est issu « de rêves et de visions. C’est spontané au départ et ensuite, c’est très laborieux ».

Wabé se nourrit de voyages, de New York en Israël et jusqu’en Nouvelle Calédonie. Créer ? Réussir un cocktail, qui mêle « l’environnement et ma folie à moi. » Elle aime les contes du monde entier, signés Andersen, Grimm, Lewis Caroll ou encore anonymes, égrenés oralement par des griots africains. L’histoire de l’art lui est également précieuse : elle « vole des fragments » qui la touchent. Munie d’un appareil photographique, elle capture par exemple des détails du fameux triptyque La Tentation de Saint-Antoine de Jérôme Bosch (1453 – 1516).

Elle travaille beaucoup. Jusqu’à ce que la forme qui surgit acquiert « une cohérence. » Dans l’atelier, des bijoux – elle en a créé environ 3000 – jouxtent les maquettes de fontaines – celle réalisée en 2000 pour un square de Choisy-le-Roi par exemple – et d’autres monuments. Petite ou colossale, chacune de ces créations ouvre de grands yeux et montre bien les dents, comme pour nous indiquer la condition stupéfaite qui est la nôtre, face au mystère de nos existences.

Chacune de ces œuvres invite aussi à la caresse, tant ses courbes patiemment modelées sont souples. Les contempler donne envie d’écrire une nouvelle histoire de l’art, initiée par les vénus callipyges préhistoriques et rebondissant à travers les millénaires jusqu’à notre époque ; pour triompher du côté du Nouveau Réalisme de Niki de Saint-Phalle, de la Figuration Libre de Richard Di Rosa et des œuvres de Wabé, en passant par des trésors d’art populaire, mexicain ou japonais.

Sculptures ? Wabé préfère parler de « grigris à moi » ou encore de « petits gâteaux ». Sculpture ! Avec toujours « la peur au ventre de ne pas y arriver » depuis trente ans et tout en élevant trois filles Wabé retrousse ses manches toujours plus haut et affute sa sensibilité toujours plus profondément. Très loin des diktats minimalistes et conceptuels de l’art officiel, au bout du conte, elle fait du monde un manège enchanté. Intime et universel.

Françoise Monnin, Paris, octobre 2012

Les propos de l’artiste ont été recueillis dans son atelier, en juillet 2012.

Copyright des photos ………… Thomas Deschamps et Laurent Zilberman

 

Indra va faire un concert exceptionnel à la Foire de Limoges

Afficher l'image d'origine

Indra va se produire le 26 mai avec Jessy Matador pour une soirée Danse Electro exceptionnelle. La Chanteuse suédoise reine du Top 50 va faire monter la température à la Foire de Limoges pour un concert gratuit.

Bio d’Indra

Indra arrive en France en suivant son petit ami de l’époque, pays qu’elle ne quittera plus depuis. Cliente assidue des discothèques parisiennes, elle se fait remarquer en 1990 par Paul Taiclet, directeur artistique d’une célèbre boîte de nuit qui décide de la présenter au producteur Orlando (le frère de Dalida)1. Elle signe aussitôt un contrat et enregistre son premier 45 tours Let’s Go Crazy, qui deviendra très vite no 1 des clubs et grimpera jusqu’à la onzième place du top 50[réf. nécessaire]. Elle chante ensuite Misery (no 7), Temptation (no 7), Tell me (no 17), Gimme What’s Real (no 16), Rescue me (no 38), etc. Elle ira même jusqu’à faire la première partie du boys band East 17 à Bercy.

En 1999, son album You and me n’obtient pas le succès escompté. Elle décide alors de mettre sa carrière entre parenthèses. Elle se marie avec Guy Paillard. Un petit garçon naît de cette union. Le couple se sépare un an après.

En 2004, Indra fait un discret retour avec un single en duo avec Frédéric Lerner : Besoin de vous.

En 2005, elle enregistre Oublie moi, un titre composé par le groupe nantais Tragédie spécialement pour elle[réf. nécessaire].

En avril 2006, elle participe à l’émission de téléréalité Je suis une célébrité, sortez-moi de là ! sur TF1. L’émission se déroule au Brésil. Elle sera éliminée au bout de 12 jours.

Un single intitulé Sois beau et tais toi, titre très influencé par Kylie Minogue, sort la même année. Il se classera 16e au top 50. Le nouvel album d’Indra, quant à lui, fait une timide entrée à la 63e place du top 100 des albums.

Du 10 janvier au 30 mars 2009, Indra est à l’affiche de la pièce Ma femme est folle au Théâtre des Nouveautés. Elle y incarne Catherine, le premier rôle féminin.

En février 2010, Indra publie son septième album studio : One Woman Show, toujours produit par BG-Orlando mais désormais distribué par Mercury/Universal Music. L’album, entièrement chanté en anglais et enregistré en Suède, renoue avec les sons dance-floor des débuts. Le premier extrait radio de cet album est Upper hand (sexy mama). Le second est High Heels And Backwards remixé pour l’occasion dans une version radio au son plus techno que sur l’album. L’album ne connaîtra pas le succès.

En mars 2011, Indra entame la tournée Génération Dance Machine, la tournée des années 90. Elle y fera plus d’une quarantaine de dates à travers la France accompagnée de plusieurs artistes.

En octobre 2011, Indra débute en parallèle de la tournée des années 1990, une tournée d’une cinquantaine de dates avec sa nouvelle pièce de théâtre Le Club des célibataires, avec pour partenaires les acteurs Franck Borde et Willy Liechty.

En avril 2012, Indra tient le rôle principal de l’épisode Par désespoir, j’ai piégé mon fan ! de la série de réalité scénarisée Le Jour où tout a basculé sur France 2.

En mai 2013, Indra publie un nouveau single : It’s On You avec des remixes pour les radios et pour les clubs ainsi qu’un clip avec des personnages étonnants. Le 28 septembre 2013, sort le single Feel My Love de David Stephan, dont elle collabore en tant qu’interprète, afin de soutenir la cause du mariage pour tous2.

En 2014, Indra enregistre plusieurs titres des plus grandes stars internationales qu’elle interprète sur scène lors de ses divers galas à travers la France : Hung Up de Madonna, Let’s Get Loud de Jennifer Lopez, It’s Raining Men de Geri Halliwell, Can’t Get You Out of My Head de Kylie Minogue, ainsi que beaucoup d’autres.

 

Retrouvez la Foire de Limoges sur Facebook

https://www.facebook.com/foiredelimoges/

La Foire de Limoges va danser le 26 mai avec Jessy Matador

jessy5

Une Soirée Dance électro de folie vous attend le 26 mai à la Foire de Limoges avec les stars Indra et Jessy Matador qui vont venir mettre le feu au Pavillon des vins et de la gastronomie où ils se produiront pendant une heure sur une scène géante spécialement aménagée pour l’occasion.

Originaire de la République démocratique du Congo, Jessy Matador a grandi à Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), à Vanves (Hauts-de-Seine), dans le quartier du Luth à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) puis s’installe à Stains en Seine-Saint-Denis

Il entreprend une carrière de danseur en 20011 et intègre plus tard le groupe « Les Cœurs brisés » sous la direction de Dany Engobo avec qui il partira en tournée aux États-Unis, au Congo, en Grande-Bretagne, en Italie et au Canada.

En 2005, il décide de créer son propre groupe, qu’il nomme La Selesao, composé de Dr.Love & Linho (alias Les Jumo) et Benkoff. Ils feront alors entre autres la première partie de Magic System. Fin 2007, ils signent chez Oyas Records puis au printemps 2008 chez Wagram Records.

Il sort un premier single Décalé Gwada en juin 2008, devenant l’un des succès de cet été (14e des charts en France). S’ensuivra le 24 novembre 2008 la sortie de l’album Afrikan New Style, nom du nouveau style musical hybride qu’il présente et qui mêle des musiques aux influences africaines et antillaises avec des sonorités plus urbaines2. On retrouve dans ce style du coupé-décalé, du zouk, du ndombolo, du kuduro, mais aussi du dancehall ou du hip-hop. En décembre 2008 sort le deuxième single Mini Kawoulé (16e des charts en France). Dans la même année, sort le single Afrikan Free Style avec Anges d’Afrik.

En 2009, il sort le single Ya Ka Demander. Il produit ensuite le single Zamounda tu peux pas test de La Selesao.

Le 19 février 2010, France Télévisions et la Sacem choisissent Jessy Matador comme représentant de la France au 55e Concours Eurovision de la chanson3 aux dépens de Christophe Willem, Emmanuel Moire et Julie Zenatti (l’annonce est faite par le directeur de l’unité jeux et divertissements de France 3 Nicolas Pernikoff, invité sur Europe 1). Lors de la finale du Concours Eurovision, le 29 mai 2010 à Oslo en (Norvège), il interprète Allez ola olé, une chanson écrite et composée par H. Ducamin et J. Ballue. Il est accompagné sur scène par ses choristes, ses danseurs et de la chanteuse Jessie Fasano qui interprète un couplet en solo. Au terme du vote final, il se classe à la 12e place sur 25 participants. Ce titre est le premier extrait de son second album intitulé Electro Soukouss sorti le 14 juin 20104 avec lequel il est disque d’or avec 220 000 singles vendus[réf. souhaitée]. Ce titre servira de tube de l’été à France Télévisions et de promotion pour la Coupe du monde de football 2010 en Afrique du Sud.

Du 15 octobre au 18 décembre 2010, il est juré aux côtés de Bruce Ykanji et de Malika Benjelloun dans la première saison du talent show Dance Street présenté par Audrey Chauveau sur France Ô.

En 2011, il forme un groupe de danse exclusivement féminin : les Mata Girlz. Il s’entoure de danseuses professionnelles telles qu’Adja Biuty, Nina Lago, Juju Jeffers, Raicha Mundélé, Dyne C, Moustiik et Kamissa, et fait avec elles la tournée des discothèques.

Le 11 juin 2011, Jessy Matador représente la République démocratique du Congo, aux côtés de Werrason et Fally Ipupa, lors de la Nuit Africaine célébrée au Stade de France.

En 2011, il apparaît dans le clip de la chanson Logobitombo de Moussier Tombola.

2013, sortie de son titre Touché coulé en featuring avec Raicha Mundélé.

Le 1er juillet 2013, sort la compilation Tropical Family. Elle comprend le titre Angela, reprise du groupe Saïan Supa Crew, qu’il interprète avec Zifou5.

Le 8 juillet 2013, il publie son troisième album prénommé Authentik6.

En septembre 2013, il entre en studio avec le producteur Mounir Belkhir, pour l’enregistrement du single Echo en featuring avec la chanteuse Lylloo.

Il produit aussi le groupe la Synesia.

La chanson Zumba He Zumba Ha (Remix 2012), écrite par Mounir Belkhir, qu’il chante en featuring avec Luis Guisao sur la musique de DJ Mam’s est utilisé dans une scène du film Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ? de Philippe de Chauveron sorti en 2014.

Durant l’été 2014, il apparaît dans deux programmes de téléréalité de NRJ 12 : Allô Nabilla : En Famille à Paris dans lequel il est invité à la pendaison de crémaillère de cette dernière ; puis dans L’Île des vérités 4 en tant que guest star.

En 2015, il sort le single Johnny Bilayo.

En 2016, il fait ses débuts au théâtre dans La Fuite [archive] de Driss Homet7, mise en scène de l’auteur8, au Théâtre La Reine Blanche [archive] à partir du 10 avril à Paris.

 

Retrouvez la Foire de Limoges sur Facebook

https://www.facebook.com/foiredelimoges/