potman

Serge Potier va présenter une expo photo de 40 merveilleux clichés pris sur ses voyages réalisés sur la Route de la soie. Photographe du Camel Trophy, du Paris Dakar et de la Silkroad Renault Trucks durant de longue années. Serge Potier va venir présenter son dernier livre sur la Route de la soie dont son issues les photos présentées sur l’exposition.

Qui n’a jamais rêvé d’être dans la peau d’un aventurier ? Cette expo et ce très beau livre vous invitent à marcher sur les traces de Marco Polo et à revivre son expédition en Orient. L’aventurier et photographe Serge Potier a réuni dans ce livre ses 200 plus beaux clichés de la Chine à la Turquie, en passant par l’Iran ou l’Ouzbékistan. Paysages grandioses, villes forteresses, oasis mythiques, rencontres étonnantes et déserts sauvages ont été immortalisés par l’objectif de notre reporter. De plus, les textes mêlant souvenirs du photographe, anecdotes, extraits littéraires et une riche documentation vous font découvrir la géographie, l’histoire, et les sociétés des pays visités. Ouvrez les portes de l’Orient et laissez-vous enivrer par la magie de ses paysages et de ses habitants.

 

potman3

 

Voyagez sur le Route de la Soie

La route de la soie désigne un réseau ancien de routes commerciales entre l’Asie et l’Europe, reliant la ville de Chang’an (actuelle Xi’an) en Chine à la ville d’Antioche, en Syrie médiévale (aujourd’hui en Turquie). Elle tire son nom de la plus précieuse marchandise qui y transitait : la soie.

La route de la soie était un faisceau de pistes par lesquelles transitaient de nombreuses marchandises, et qui monopolisa les échanges Est-Ouest pendant des siècles. Les plus anciennes traces connues de la route de la soie, comme voie de communication avec les populations de l’Ouest, remontent à « 2000 avant notre ère au moins ». Elle se développe surtout sous la dynastie Han (221 av. J.-C. – 220 ap. J.-C.), en particulier Han Wudi. Puis sous la dynastie Tang (618-907). À partir du xve siècle, la route de la soie est progressivement abandonnée, l’instabilité des guerres turco-byzantines, puis la chute de Constantinople poussent en effet les Occidentaux à chercher une nouvelle route maritime vers les Indes. L’abandon de la route de la soie correspond ainsi au début de la période des « Grandes découvertes » durant laquelle les techniques de transport maritime deviennent de plus en plus performantes. Du côté chinois, les empereurs Ming Yongle, puis Ming Xuanzong chargent, à la même époque, l’amiral Zheng He d’expéditions maritimes similaires.

 

sergio333

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s